Connect with us

Immobilier

10 conseils pour acheter une maison à un bon prix de marché

Published

on

Tous les acheteurs de maison ont une chose en commun : ils ne veulent pas se faire arnaquer. Quel que soit l’état du marché immobilier, il est particulièrement important de s’assurer de payer un prix juste. Pourtant, comment savez-vous que vous obtenez une bonne affaire, même dans un marché serré, avant de faire une offre ? Vous devez savoir comment évaluer le prix d’une maison afin de pouvoir prendre une décision d’investissement judicieuse.

Les 10 conseils suivants vous montreront comment faire une bonne affaire sur une maison.

POINTS CLÉS À RETENIR

  • Lors de l’achat d’une maison, il est important d’avoir une idée du marché en examinant les maisons récemment vendues, les maisons comparables sur le marché et disponibles à la visualisation, et les comparables retirés du marché parce qu’ils ne se sont pas vendus.

  • Vous devriez également essayer de déterminer si vous êtes sur un marché d’acheteurs ou de vendeurs et si le quartier s’apprécie ou perd de son attrait.

  • Assurez-vous de prêter attention aux conseils de votre agent immobilier sur le prix.

  • Soyez prêt à négocier plutôt que d’accepter simplement le prix demandé par le vendeur.

1. Considérez les propriétés récemment vendues

Une propriété comparable est une propriété dont la taille, l’état, le quartier et les commodités sont similaires à celui que vous achetez. Une maison à un étage de 1 200 pieds carrés, récemment rénovée, avec un garage attenant devrait être répertoriée à peu près au même prix qu’une maison similaire de 1 200 pieds carrés dans le même quartier. Cela dit, vous pouvez également obtenir des informations précieuses en examinant le prix de la propriété qui vous intéresse par rapport à différentes maisons. Est-ce considérablement moins cher que les propriétés plus grandes ou plus belles ? Est-ce plus cher que les maisons plus petites ou moins attrayantes ?

Votre agent immobilier est la meilleure source d’informations précises et à jour sur des propriétés comparables (également appelées « comps » ou « comparables »). Vous pouvez également consulter des comparables qui sont actuellement sous séquestre , ce qui signifie que la propriété a un acheteur, mais que la vente n’a pas encore été conclue.

2. Découvrez des propriétés comparables sur le marché

Dans ce cas, vous pouvez visiter d’autres maisons et avoir une idée tactile de leur taille, de leur état et de leurs équipements par rapport à la propriété que vous envisagez. Vous pouvez ensuite comparer les prix et voir ce qui vous semble juste. Les vendeurs raisonnables savent qu’ils doivent fixer le prix de leurs propriétés de la même manière que les comparables du marché s’ils veulent être compétitifs.

3. Regardez les comparables invendus

Si le prix de la maison que vous envisagez est similaire à celui des maisons retirées du marché parce qu’elles ne se sont pas vendues, la maison en question peut être surévaluée. De plus, s’il existe de nombreuses propriétés similaires sur le marché, les prix devraient être plus bas, surtout si ces propriétés sont vacantes.

Consultez l’indice des stocks d’invendus pour obtenir des informations sur l’ offre et la demande actuelles sur le marché du logement. Cet indice tente de mesurer combien de temps il faudra pour que toutes les maisons actuellement sur le marché soient vendues, compte tenu du taux auquel les maisons se vendent actuellement.

4. En savoir plus sur les conditions du marché, l’appréciation

Les prix ont-ils augmenté ou baissé récemment ? Sur le marché d’ un vendeur, les propriétés seront probablement quelque peu surévaluées, et sur le marché d’ un acheteur, les propriétés sont susceptibles d’être sous-évaluées. Tout dépend de la position actuelle du marché sur la courbe d’expansion et de ralentissement de l’immobilier.

Même sur un marché de vendeurs, les propriétés peuvent ne pas être surévaluées si le marché est à la hausse et n’est pas près de son apogée. À l’inverse, les propriétés peuvent être surévaluées même sur un marché d’acheteurs si les prix n’ont commencé à baisser que récemment. Bien sûr, il peut être difficile de voir les sommets et les vallées jusqu’à ce qu’ils appartiennent à l’histoire. Tenez également compte de l’impact des taux d’intérêt hypothécaires et du marché du travail sur l’économie.

Soyez sceptique quant aux propriétés à vendre par le propriétaire (FSBO), car elles sont susceptibles d’être surévaluées par leurs vendeurs excessivement émotifs.

5. Méfiez-vous des propriétés à vendre par le propriétaire

Une propriété à vendre par le propriétaire (FSBO) doit être actualisée pour refléter le fait qu’il n’y a pas de commission de l’agent du vendeur de 2,5% à 3% (en moyenne), ce que de nombreux vendeurs ne prennent pas en considération lorsqu’ils décident comment fixer le prix d’une maison. 2 Un autre problème potentiel avec les FSBO est que le vendeur n’a peut-être pas eu les conseils d’un agent pour fixer un prix raisonnable en premier lieu, ou qu’il a peut-être été si mécontent de la suggestion d’un agent qu’il a décidé de faire cavalier seul. Dans toutes ces situations, la propriété peut être hors de prix.

6. Explorez l’appréciation attendue

Les perspectives d’avenir du quartier que vous avez choisi peuvent avoir un impact sur le prix. Si un développement positif est prévu, comme la construction d’un grand centre commercial, l’extension du métro léger dans le quartier ou le déménagement d’une nouvelle entreprise importante dans la région, les perspectives d’appréciation future de la maison semblent bonnes. Même de petits développements, tels que des projets d’ajout de routes ou de construction d’une nouvelle école, peuvent être un bon signe.

D’un autre côté, si les épiceries et les stations-service ferment, le prix des maisons devrait être plus bas, afin de refléter cela, et vous devriez probablement reconsidérer votre déménagement dans la région. Le développement de nouveaux logements peut aller dans les deux sens. Cela peut signifier que la zone est chaude et susceptible d’être en forte demande à l’avenir, augmentant ainsi la valeur de votre maison, ou cela peut entraîner un surplus de logements, ce qui réduira la valeur de toutes les maisons de la région.

La Fair Housing Act interdit la discrimination en matière de logement et de location en raison de la race, de la couleur, de l’origine nationale, de la religion, du sexe, du statut familial et du handicap. 3 Si vous pensez faire l’objet d’une discrimination dans votre recherche d’un logement, signalez-le rapidement au Département américain du logement et du développement urbain. 4

7. Demandez à votre agent immobilier

Sans même analyser les données, votre agent immobilier aura probablement une bonne idée (grâce à son expérience) de la question de savoir si le prix de la propriété est correctement évalué ou non et quel pourrait être le juste prix d’offre.

8. Posez-vous la question : le prix vous semble-t-il juste ?

Si vous n’êtes pas satisfait de la propriété, le prix ne semblera jamais juste, même si vous obtenez une bonne affaire. Même si vous payez un peu plus que la valeur marchande d’une maison que vous aimez, vous ne vous en soucierez pas vraiment à la fin.

9. Testez les eaux

Même sur un marché de vendeurs, vous pouvez toujours faire une offre en dessous du prix catalogue , juste pour voir comment le vendeur réagit. Certains vendeurs proposent des propriétés au prix le plus bas qu’ils sont prêts à accepter, car ils ne veulent pas négocier . D’autres proposent leurs maisons à un prix plus élevé qu’ils ne s’attendent à gagner, car ils s’attendent soit à négocier à la baisse, soit à voir si quelqu’un fera une offre au prix plus élevé. Si un tel vendeur accepte votre prix ou votre contre – offre , vous obtiendrez une indication que la propriété ne valait probablement pas ce pour quoi elle était inscrite, et vous avez de bonnes chances d’obtenir un accord équitable.

D’un autre côté, certains vendeurs peuvent sous-évaluer leurs propriétés dans l’espoir de générer beaucoup d’intérêt et de déclencher une guerre d’enchères . Contrairement à eBay, cependant, le vendeur n’a pas à simplement vendre au plus offrant ; les vendeurs peuvent rejeter toutes les offres qui ne répondent pas à leurs attentes.

Si vous avez le cœur tourné vers la propriété, sachez que certains vendeurs pourraient être offensés par des offres modestes et pourraient refuser de travailler avec vous si vous choisissez d’employer une telle tactique. De plus, lorsque vous offrez moins que le prix catalogue, vous pouvez augmenter le risque d’être surenchéri par un autre acheteur.

Faire une offre artificiellement basse, une tactique de négociation connue sous le nom de « lowballing », peut se retourner contre vous si cela insulte le vendeur et qu’il refuse de faire affaire avec vous.

10. Obtenez une évaluation et une inspection

Une fois que vous êtes sous contrat, le prêteur fera faire une évaluation de la propriété (généralement à vos frais) pour protéger ses intérêts financiers. Le prêteur veut s’assurer que si vous cessez d’effectuer vos versements hypothécaires, il pourra récupérer un montant raisonnable de son argent lorsqu’il saisira votre maison. Si l’évaluation est considérablement inférieure au prix de votre offre, vous n’obtiendrez peut-être pas un accord équitable. En fait, le prêteur peut même ne pas vous laisser acheter la maison à moins que le vendeur ne soit disposé à baisser le prix.

Une inspection de la maison , également effectuée une fois que vous êtes sous contrat, vous donnera un autre moyen d’évaluer le prix de votre offre . Si la maison a besoin de nombreuses réparations coûteuses, vous voudrez demander au vendeur de faire les réparations pour vous ou de réduire le prix d’achat afin que vous puissiez les faire vous-même.

A lire aussi

Conclusion

Lorsque vous magasinez pour une maison , il est important de comprendre le prix du logement, afin de pouvoir faire un bon investissement et parvenir à un accord équitable avec le vendeur. En utilisant ces conseils, vous serez en mesure de faire une offre sûre et bien informée sur n’importe quelle maison sur n’importe quel marché.

Continuez votre visite ici

Continue Reading

Immobilier

Que faut-il savoir pour bien louer ses murs de boutique ?

Published

on

By

Il existe désormais plusieurs formes de commerce. Il s’agit en particulier du retail park, du centre commercial, de la galerie commerciale et du pied d’immeuble en centre-ville. Il existe également plusieurs expressions qui englobent ces catégories, dont les murs de magasins, les murs de commerce, les murs commerciaux et les murs de boutique. Pour ce dernier, il est primordial de connaître les points essentiels concernant la location de murs de boutique. À cet effet, voici l’essentiel, pour bien louer ses murs de boutique.

L’essentiel sur les murs de boutique

Les murs de boutique représentent un type d’investissement immobilier. Bien qu’ils ne soient pas très connus, il faut noter que ses attraits sont multiples. Aussi, encore appelés murs commerciaux, ces murs représentent dans la majorité des cas les pieds des bâtiments. Il est peut-être question d’une pharmacie ou d’une boulangerie. À défaut de l’utiliser pour ses propres activités professionnelles, l’acquéreur peut procéder à la location. Dans ce cas, il doit respecter les obligations contractuelles afin de profiter au mieux de son investissement. De plus, dans le cadre d’une location, l’acheteur recherche un locataire capable d’exploiter ses murs convenablement pour des activités professionnelles. Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver des offres de location de mur de boutique. Néanmoins, pour plus de rentabilité, il est primordial d’estimer la valeur locative d’une boutique avant d’en louer les murs. 

En outre, il convient de préciser que l’acquisition d’un local commercial est intéressante quand l’acquéreur désire réaliser un investissement locatif. De plus, en termes de fiscalité, la procédure est tout aussi avantageuse d’autant puisque l’acquéreur peut déduire plusieurs dépenses dont les frais d’amortissement des murs de boutique, l’entretien et des assurances. Par ailleurs, il faut relever que les murs de boutique se vendent très facilement aujourd’hui et il s’agit d’un marché fluide. Une boutique bien située est facile à louer et les incidents sont faciles à régler et rares.

Recourir à un expert pour louer ses murs de boutique

À l’instar de la location d’un bien immobilier, louer ses murs de boutique nécessite aussi de faire appel à un expert en location de murs commerciaux. Ce dernier est un professionnel spécialisé dans le secteur de l’immobilier. Ses compétences sont indispensables pour permettre de déterminer la valeur du bien. Aussi, un expert en valeur locative commerciale s’assurera de rechercher un locataire pour la location du mur commercial. Il veillera à privilégier un locataire capable de solder les loyers aux temps convenus. Dans un second temps, la mise en location d’un local commercial nécessite de connaître les normes de base établies par les états. L’expert interviendra à ce niveau pour permettre de louer le mur commercial en suivant les règles.

Comment estimer la valeur de son mur de boutique ?

À défaut de solliciter l’aide d’un expert dans la mise en location d’une boutique, un propriétaire peut procéder à l’estimation de ses murs commerciaux en considérant certains critères. Il s’agit notamment de la situation géographique, du rendement locatif, de la typologie du local et le profil du locataire. Il faut noter que l’emplacement est le critère le plus important qui détermine en partie le chiffre d’affaires. Bien évidemment, un bon emplacement permet d’augmenter la valeur du bien. Il s’agit par exemple des rues touristiques, piétonnes et des murs commerciaux près des boutiques. Ces murs séduisent surtout les locataires et la revente d’un bien immobilier apporte clairement une plus-value.

Dans un second temps, il faudra valoriser au mieux ses murs commerciaux pour augmenter leur valeur. Il convient de préciser que 2 boutiques situées sur la même rue peuvent avoir des valeurs différentes. En outre, le rendement locatif est un critère important pour les murs commerciaux. Par exemple, si les acheteurs veulent 6 % de rendement, il faudra calculer le prix du loyer selon cette exigence. Il faut préciser que ce rendement diffère d’un quartier à un autre. Par ailleurs, en ce qui concerne la typologie du local, il faut savoir que plus il y a d’espace sans contraintes et plus cela permettra aux locataires d’aménager le lieu. Enfin, le profil du locataire peut impacter grandement le prix du loyer. En considérant ces critères, il devient plus facile de définir le prix du loyer de son mur de boutique.

Comment se présente le bail commercial ?

Quoi que le locataire et le bailleur ne soient pas contraints à faire un bail commercial par écrit, il est recommandé de l’élaborer pour prévenir les disconvenues. En général, ce document est rédigé par un notaire ou un avocat. Au vu de son importance, il est déconseillé de procéder soi-même à la rédaction de ce contrat. Aussi, le contenu du document doit être défini par le propriétaire et le locataire. Avec une durée minimale de 9 ans, le bail commercial est donc un engagement à long terme.

Néanmoins, des possibilités de résiliation triennale peuvent avoir lieu. L’une des clauses importantes reste la clause destinée au loyer. Bien que la détermination du loyer soit dédiée au bailleur, il faudra que le montant soit sérieux et réel, déterminé ou déterminable. En ce qui concerne les obligations du bailleur, il doit informer le locataire sur les risques technologiques et naturels. Il faudra également mettre à disposition du locataire les biens loués, maintenir les biens en état de servir et garantir la sécurité des biens loués et la jouissance paisible. En contrepartie, le locataire doit payer le loyer dans les délais impartis et utiliser de façon raisonnable les biens loués tout en respectant la destination mentionnée dans le bail commercial.

Continue Reading

Immobilier

Quelles aides pour son déménagement?

Published

on

By

Changer de logement est un événement qui entraîne bien souvent des coûts. Ces coûts vont des frais d’essence à la location de la camionnette de déménagement ou encore des frais de relogement en travaux ou en équipements neufs… Heureusement qu’ils existent certains aides sous certaines conditions pour financer son déménagement. Nous avons réuni pour vous les différentes aides financières auxquelles vous pouvez prétendre pour faciliter la prise en charge de votre déménagement.

Aides au déménagement

Aide au déménagement de la CAF

Cette aide, fournie par la CAF ou la Msa, est destinée aux ménages qui ont au minimum trois enfants (vivants ou à venir) à charge qui déménagent vers un logement plus grand parce que la famille s’agrandit. Parmi les critères pour bénéficier de la prime de déménagement de la CAF, il y a le fait d’avoir d’APL dans son logement actuel et le déménagement doit impérativement avoir lieu entre le premier jour civil du troisième mois de grossesse et avant les deux ans du troisième enfant. Si vous remplissez les conditions pour bénéficier de cette aide, vous devrez en faire la demande au plus tard six mois après votre changement de logement définitif. Pour cela, contactez la CAF en remplissez le formulaire disponible sur son site internet.

L’aide au déménagement Mobili Pass

C’est un des dispositifs d’aide à la mobilité professionnelle qui est proposée par Action Logement. Il s’adresse aux salariés du secteur privé (hors secteur agricole), de toute entreprise de 10 salariés et plus. Elle se présente sous forme d’une subvention ou d’un prêt à un taux d’intérêt nominal annuel de 1 % (durée maximale de 36 mois).

Le prix octroyé est plafonné à 3500 € de quoi payer une société de déménagement pour faire au plus vite. Pour y avoir accès, vous devez déménager suite à un nouvel emploi, une mutation, ou bien un changement d’adresse de votre entreprise. Vous devez aussi devenir locataire trois mois avant ou six mois après l’effectivité de la raison professionnelle et la distance entre votre ancien et votre nouveau logement doit être supérieure à 70 km. Cette aide ne peut vous être accordée une seule fois par ménage et par période de deux ans.

Aide au déménagement employeur

Dans le cadre de la mobilité professionnelle, des aides sont attribuées aux employés du secteur privé, soit pour accompagner une mutation, soit pour favoriser le retour à l’emploi. Les sociétés, par le biais de leur accord collectif, ont également la faculté de prendre en charge partiellement ou totalement le coût de la mobilité de leurs employés. Renseignez-vous auprès de son entreprise.

Fonds de Solidarité Logement (FSL)

C’est une aide destinée aux personnes qui sont en situation personnelle difficile, allouée en fonction du niveau de ressources du demandeur. Il appartient à chaque conseil général de fixer le plafond qu’il souhaite appliquer. Les conditions d’obtention de cette aide peuvent varier d’un département à l’autre. Pour profiter de ces aides, vous vous adressez au Fonds de Solidarité Logement, au conseil général, à la CAF ou à l’Agence Départementale d’Information sur le Logement de votre département.

Vous devez déposer votre dossier avant d’aménager dans votre nouveau logement et le montant varie en fonction de votre département.

L’aide au déménagement pour les personnes retraitées

Pour financer leur projet de déménagement, les personnes retraitées peuvent bénéficier de plusieurs aides financières ou sociales telles que :

L’allocation personnalisée d’autonomie :

C’est une aide (APA), attribuée par le conseil départemental, couvre les dépenses du quotidien pour les personnes âgées de plus de 60 ans qui ont perdu leur autonomie. Elle peut également financer en partie les frais d’installation dans un nouveau logement.

Les aides départementales, municipales et les associations :

Les municipalités et les départements sont par ailleurs en mesure de vous octroyer une assistance personnalisée dans le cadre d’une démarche de demande de logement social. Les structures associatives vous accompagnent aussi dans vos demandes d’aides au déménagement, puis prendre contact directement avec les différents acteurs concernés, ou vous aider à déménager votre logement.

Aides pour les institutions spécialisées :

Si le déménagement se fait vers un établissement spécialisé pour les personnes âgées comme une maison de retraite, un EPHAD, dans un foyer, il est possible de bénéficier de l’aide sociale à l’hébergement (ASH), de l’aide des maisons départementales des personnes handicapées (Mdph) et l’aide à l’hébergement en établissement.

 

Retrouvez aussi, Rechercher Une Agence Web À Lausanne

Continue Reading

Immobilier

Comment reconnaître le meilleur promoteur immobilier ?

Published

on

By

Un promoteur immobilier est un professionnel qui gère diverses transactions immobilières à partir de l’achat d’un terrain jusqu’à la commercialisation d’un bien. Il s’occupe des opérations en rapport avec un bien immobilier comme un appartement, un terrain, une maison et de sa mise en vente. Mais il existe de nombreux promoteurs immobiliers, en choisir un est difficile. Voici des conseils utiles pour savoir comment reconnaitre le meilleur.

Considérer le lieu d’exercice du promoteur immobilier

La première chose à considérer est la proximité. La majorité des promoteurs immobiliers de la ville travaillent mieux dans les alentours de leur localisation principale. Certes, ils peuvent proposer des projets intéressants en dehors de leur périmètre, mais ils sont meilleurs dans leur territoire. Ils sont donc à même de donner conseil sur l’état des lieux où le client veut entreprendre un projet immobilier.

Préférer toujours la spécialisation du promoteur

Il est également possible d’opter pour un meilleur promoteur immobilier en fonction de sa spécialisation. Il vaut mieux choisir un promoteur spécialisé dans le domaine que le client recherche. Le critère fondamental à considérer pour choisir un excellent professionnel est la fiabilité. Un agent spécialisé est un agent fiable et digne de confiance pour un projet immobilier. Beaucoup de promoteur est orienté dans un cadre précis, on doit alors simplement choisir le spécialiste immobilier correspondant.

subtilités d’un projet immobilier

Se fier à la notoriété et à l’image

Il est essentiel de pouvoir compter sur un expert, mais surtout un expert connu de tous. Les bouche-à-oreille et les avis sur internet sont des bons moyens afin de se certifier la crédibilité du professionnel. Il est conseillé de consulter des proches et de demander leur satisfaction. En Belgique, un expert en immobilier est agréé par le Ministère des Classes moyennes et possède une carte. Savoir qu’il a cette pièce permet de s’assurer de l’image sérieuse de l’entrepreneur.

Choisir un promoteur avec le plus d’expérience.

Comme tout professionnel, un promoteur immobilier a du savoir-faire. C’est même pour cette raison qu’on fait appel à ses services. Le meilleur promoteur sera alors celui avec des années d’expérience. Un agent expérimenté aura été confronté à tous les cas de figure possibles et sera alors le plus fiable face aux subtilités d’un projet immobilier. Le meilleur spécialiste à appeler est, de ce fait, le promoteur qui aura été le plus longtemps sur le marché de l’immobilier. Il aura de la visibilité et l’expertise.

Évaluer les méthodes adoptées par le promoteur immobilier

Pour cette étape, il faut bien interroger le promoteur en question. Il faut lui demander comment il procède pour la mise en vente par exemple, ou encore comment il prend contact avec les acheteurs potentiels. Il est important de faire ce questionnaire pour voir comment il mènera à bien ses opérations et le projet. De plus, il s’agit d’une simple confrontation. Cela évite d’éventuelles prises de bec dans sa façon de procéder. Le professionnel doit être capable de proposer des stratégies de ventes et de savoir comment accélérer le processus.

Continue Reading

Copyright © 2022